real estate menu left
real estate menu right
Home News
News
Protocole sanitaire PARKOUR
Écrit par Sacha Lemaire   
Jeudi, 10 Septembre 2020 15:24

Voici le protocole pour la reprise des sessions Parkour dans les associations. Il décrit les recommandations de la Fédération de Parkour vu le contexte sanitaire au 10 septembre 2020. Bien qu’il soit destiné en priorité aux associations affiliées à la FPK, il peut servir de mémo à toutes les associations proposant du parkour, du freerun ou de l’art du déplacement en France, sous réserve qu'ils soient dans une zone à risque modéré. Il a été validé par le médecin fédéral de la FSASPTT. Il est conforme au « Guide de la Rentrée sportive » publié par le Ministère des sports le 2 septembre 2020.

 


Protocole sanitaire PARKOUR
Fédération de Parkour

10 septembre 2020

Guide de la Rentrée sportive
Ministère des Sports

2 septembre 2020

 

NOTE : En tant qu’EAPS (Etablissements d’Activité Physique et Sportive), les associations de Parkour membres de la FPK et de la FSASPTT peuvent proposer des entrainements sur la voie publique dépassant les 10 personnes lorsque le lieu permet d’appliquer la distanciation physique et le protocole de sécurité adéquat. Voir "Guide de la Rentrée Sportive », page 12 exception liées aux ERP (article 3, III, 3e du décret). Ces entrainements ne sont pas soumis à déclaration préalable en préfecture.

Toutefois, dans le but de faciliter la reprise et de maintenir les liens de collaboration transparente avec la collectivité, la FPK recommande aux associations de prévenir les responsables des lieux à proximité de l’entraînement afin d’éviter les questions ou conflits d’usage potentiels.

Le présent protocole sanitaire vient en complément des consignes déjà en vigueur en terme de sécurité, de respect du mobilier urbain et de cohabitation harmonieuse avec les autres usagers sur la voie publique habituellement appliquées dans la Fédération de Parkour.

Attention : des règles spécifiques locales peuvent s’appliquer dans votre région en fonction de la situation sanitaire. Renseignez-vous en mairie.

Mise à jour le Jeudi, 10 Septembre 2020 16:04
 
Situation politique du parkour en France (Septembre 2020)
Écrit par Fédération de Parkour   
Mercredi, 09 Septembre 2020 08:40

Chères traceuses, chers traceurs de France et d’ailleurs,


En cette période de rentrée particulière, le comité de la Fédération de Parkour (FPK) souhaite apporter quelques précisions sur la situation « politique » du parkour en France.

  • OUI, la fédération de gymnastique (FFGym) a récemment ouvert une section Parkour. Le paysage du parkour, de l’art du déplacement et du freerun français est multiple et plusieurs communautés et regroupements nationaux coexistent. La FFGym, comme d’autres fédérations avant elle, propose du parkour. Cela fait suite à la création d'une section parkour au sein de la Fédération Internationale de Gymnastique (FIG).
  • NON, la FFGym n’a pas "absorbé" le parkour. Plusieurs regroupements nationaux existent (FPK, Fédération Yamak, réseaux de clubs indépendants, etc) et chacun diffuse la pratique de manière légitime et authentique depuis des années.
  • NON, une association (ou un pratiquant) n'est pas obligé de s'affilier à la FFGym pour pratiquer. Vous pouvez vous affilier à n’importe quelle fédération qui accueille le parkour et dans laquelle vous vous sentez à la maison. Vous pouvez aussi choisir de ne vous affilier à rien. S’affilier à une fédération est conseillé et apporte des avantages. Mais ce n’est pas une obligation.
  • OUI, la FFGym développe actuellement des compétitions issues du Parkour. La Fédération internationale (FIG) souhaite emmener la discipline aux Jeux Olympiques. La Fédération française (FFGym) suit donc le mouvement. Elle développe actuellement 2 épreuves compétitives : le speedrun et le freestyle. Elle a reçu une délégation jusque décembre 2020 de la part du Ministère des Sports. S’en suit donc logiquement la création d’une équipe de France de parkour, sous l’égide de la gymnastique, pour représenter la France aux championnats du monde de gymnastique.
  • OUI, pour participer à une compétition organisée par la FFGym (ou la FIG), un compétiteur doit s’affilier à la FFG. En revanche, pour la pratique dite « loisirs » (on préfère le terme "authentique"), ou pour toute autre compétition non-organisée par la Gymnastique, aucune affiliation n’est nécessaire. Donc attention aux amalgames.
  • NON, il n’existe pas de monopole sur le parkour. La FPK œuvre pour la reconnaissance du parkour en France depuis 10 ans auprès du Ministère des Sports. La Fédération Yamak enseigne l'Art du Déplacement depuis bientôt 20 ans. Les disciplines du parkour, de l’art du déplacement et du freerun peuvent être librement pratiquées et enseignés du moment que les conditions de sécurité et de cohabitation amicale sur l'espace public sont garanties. Aucune fédération n’a de monopole à ce jour sur ces disciplines, sa règlementation ou la formation de ses encadrants. Seule la possibilité d’organiser des compétitions « nationales » et de désigner des « champions de France » nécessite une reconnaissance de l’état.
  • OUI, la FPK est en lien direct avec le Ministère des Sports pour faire avancer le Parkour en France afin que chaque association puisse se développer sereinement, que chaque traceur puisse pratiquer selon sa vision, que chaque curieux puisse découvrir la pratique en toute sécurité.

 

La Fédération de Parkour est toujours là, peu importe la situation sanitaire. Et nous sommes toujours très actifs. La partie immergée de l’iceberg étant toujours la plus grosse, une large partie de notre travail n’est pas visible. Mais nous nous employons à proposer un modèle de fédération qui corresponde au mieux aux attentes des traceurs, en défendant avant tout le parkour pour tous, le parkour en extérieur dans un milieu commun (la ville le plus souvent), et toutes les valeurs associées à notre discipline.


Rejoindre la Fédération de Parkour, ce n’est pas simplement avoir une assurance ou des subventions. C’est aussi et avant tout rejoindre un réseau, une famille. En nous associant plus récemment avec des partenaires plus grands et plus expérimentés, comme la FSASPTT, nous continuons de grandir. Tout en conservant le modèle qui nous est cher, à savoir prendre toutes nos décisions en concertation avec la communauté ou ses représentants (les associations), nous progressons. Cette transparence voulue avec les acteurs sur le terrain demande des compromis et prend plus de temps que dans une fédération plus classique où toutes les décisions tombent du haut. Mais nous sommes au moins sûrs d’être au plus proche de ce que la communauté désire.

 



Aujourd’hui nous sommes en mesure de proposer une alternative solide aux traceurs et associations qui le souhaitent. Rejoindre notre mouvement permet donc de bénéficier des mêmes ressources que toute autre fédération : assurance complète des membres, subventions, numéro d’agrément national, aide dans toutes les démarches, etc. La différence est qu’à la FPK, vous soutenez un mouvement émanant de la communauté, pour la communauté et ce, sans sacrifices.

Nous sommes dans une période où plus que jamais, pour la santé de la discipline comme littéralement pour notre santé à tous, nous devons nous serrer les coudes. Quelle que soit votre chapelle, amis traceuses, traceurs, yamaks et freerunners, soyez solidaires, employez-vous à montrer que notre discipline en vaut la peine. Le parkour est une discipline à part entière et en aucun cas une sous-section d’une activité sportive existante. Employez-vous à diffuser une belle image de notre pratique, à véhiculer un message positif.

La crise sanitaire que nous traversons doit nous rappeler que des choses plus graves sont à l’œuvre dans le monde. Employons-nous surtout à le rendre meilleur. Soyez fort(e)s, soyez humain(e)s, et prenez soin de vous et de vos proches avant tout.

Bonne rentrée à toutes et à tous,

Sidney Grosprêtre,
Au nom du comité directeur de la Fédération de Parkour

Mise à jour le Mercredi, 09 Septembre 2020 09:40
 
Reprise du parkour en période de déconfinement
Écrit par Fédération de Parkour   
Dimanche, 10 Mai 2020 10:19

Dernière mise à jour le 14 mai.

Le comité FPK remercie toutes les associations de Parkour, de Freerun et d’Art du Déplacement qui ont tout mis en œuvre pour rendre le confinement possible et qui ont continué à proposer des activités à distance tout en préparant la reprise.

La première phase de déconfinement dure du 11 mai au 2 juin. Mais le virus circule toujours et peut reprendre si notre attention se relâche trop vite. 
Les associations qui le souhaitent, peuvent reprendre une activité adaptée, sous réserve de mettre en place les mesures sanitaires et de distanciation sociales et d'avoir le feu vert de leur commune (rapprochez-vous de votre mairie). Voici une liste de recommandations pour la pratique individuelle et la pratique encadrée en asso. Elle a été rédigée par la FPK et transmise au Ministère des Sports pour arbitrage. Celui-ci n'a pas émis de réserve particulière à ce jour.

 

Consignes ministérielles générales sur la pratique sportive du 11 mai au 2 juin

Ce qui est autorisé :

  • Pratique En extérieur exclusivement
  • Pratique individuelle ou par foyer domestique ou 10 personnes maximum
  • 2 mètres de distance pour les exercices statiques (warm-up, renfo, travail individuel)
  • 10 mètres de distance en déplacement (runs, circuits, etc.)
  • Déplacement autorisé dans un rayon de 100 km maximum autour domicile
  • Sans limite de durée
  • Pas d’attestation requise
  • En respectant les gestes barrière

Ce qui est interdit:

  • Entrainements en salle ou dans les espaces intérieurs
  • Accès aux parcs et jardins publics interdits dans les départements en zone rouge
  • Sports collectifs, Sports de contact, Sports d’intérieur (une liste doit être publié prochainement par le Ministère détaillant ces activités)
  • Regroupements dépassant 10 personnes

ATTENTION : Il peut y avoir règles locales plus souples / strictes dans votre département ou votre ville. Rapprochez-vous de votre mairie ou service des sports en cas de doute.

 

Mesures spécifiques pour le Parkour

Sauf avis contraire, les mesures ci-dessous sont valables jusqu'au 2 juin. N'hésitez pas à revenir sur cette page dans les prochains jours.

 

CHOIX DU SPOT :

  • Choisissez des spots avec peu de monde. Evitez ceux qui sont sur-fréquentés ou avec beaucoup de passage.
  • Si vous choisissez un spot en milieu naturel ou très à l’écart, évitez d’y aller seul et ayez toujours sur vous un moyen de communication et une trousse de secours.
  • Le Parkour en salle est interdit jusqu’à nouvel ordre.
  • Pratiquez en petit groupes : 10 personnes maximum, coach inclus. Si le spot est trop fréquenté à votre arrivée, changez de spot ou revenez plus tard.

A FAIRE AVANT DE S’ENTRAINER :

  • Désinfection du spot : il est conseillé d’avoir sur soi un petit spray antibactérien ou des lingettes antibactérienne pour nettoyer les éléments de mobilier urbain utilisés, en particulier ceux touchés par les autres usagers (rampes d’escalier, barrières, bancs, etc). Cherchez dans le commerce les sprays avec la mention "antibactérien" ou "élimine 99% des bactéries".
  • Lavage des mains : il est conseillé d’avoir sur soi du savon ou du gel hydroalcoolique et de se désinfecter les mains avant et après l’entrainement ainsi que chaque fois que l’on est amené à toucher un élément de mobilier urbain.
  • Eviter de se toucher : évitez les poignées de mains, les checks, les embrassades, les accolades. Saluez-vous à distance.
  • Il est conseillé d'avoir sur soi une petite trousse de secours contenant : désinfectant, pansements, gel hydroalcoolique, lingettes nettoyantes, gants jetables afin d’être autonome en cas de petit bobo.

A FAIRE PENDANT L’ENTRAINEMENT :

  • Quand porter le masque ? Plus vous vous entrainez à proximité les uns des autres, plus le masque est nécessaire. Si le spot permet de s'entrainer en respectant au moins 2m de distance entre participants et que vous ne passez pas tous par le même endroit, vous pouvez envisager de le retirer. Il est toutefois indiqué de le porter pour se déplacer vers et depuis le spot, dans les transports en commun et en présence de passants. Il est également indiqué de le porter lors des briefings et lorsqu’on se retrouve dans des situations ne permettant pas le respect de gestes barrières (p.ex. situations de parades). Ayez toujours au moins un masque propre avec vous au cas où.
  • Entraînez-vous tranquillement : reprenez l’activité physique de manière progressive et raisonnée. Effectuez des gestes maîtrisés uniquement. Ce n’est toujours pas le moment de se blesser en voulant “envoyer du lourd” trop vite.
  • Privilégiez les obstacles de faible hauteur avec des réceptions dégagées ne nécessitant au maximum qu’un seul pareur, idéalement pas de parade du tout.
  • Respectez les distances de sécurité : 2m entre pratiquants en statique, 10m en déplacements (courses d’échauffement, etc). Restez à l’écart des passants et spectateurs éventuels.
  • Ne prêtez pas vos objets personnels (p.ex smartphones).
  • Ne partagez pas votre bouteille d’eau : emmenez toujours votre propre bouteille. L'utilisation des fontaines publiques est déconseillée.
  • Evitez les exercices nécessitant un contact physique : privilégiez les exercices en solo, et ne nécessitant pas/peu de parades ou d’entraide.
  • Toussez dans votre coude
  • Utilisez des mouchoirs jetables
  • Changez d’endroit ou d’horaires si la fréquentation augmente et que vous vous retrouvez à plus de 10.
  • Donnez l’exemple face aux passants et aux jeunes qui vous regardent.

APRES L’ENTRAINEMENT

  • Quand c’est fini, c’est fini. Une fois le training terminé, évitez de « chiller » sur le spot et libérez l’endroit.
  • Désinfectez en repartant : nettoyer les éléments de mobilier urbain utilisés avec un spray antibactérien ou une lingette désinfectante antibactérienne, en particulier les éléments touchés par les passants (rampes d’escalier, barrières, bancs, etc).
  • Lavez-vous les mains avec du savon ou du gel hydroalcoolique
  • Mettez votre masque si vous repartez en transport en commun.

 

Recommandations pour les coachs et associations de parkour :

Le comité FPK n'a pas reçu de contre-ordre pour la reprise des cours de Parkour au niveau national. Pouvoir reprendre les cours ne signifie pas devoir reprendre les cours. Chaque association est libre de décider de rouvrir tout ou partie de son activité tout de suite ou plus tard en fonction de l'évolution de la situation sanitaire. La prudence doit rester le maître mot. Nous recommandons de vous renseigner auprès de votre collectivité (mairie, service des sports) avant de reprendre les entraînements dirigés. Si vous avez le feu vert, respectez les consignes indiquées plus haut et lisez ce qui suit.

  • Il est recommandé de réserver la reprise des entrainements à vos adhérents habitués qui connaissent les techniques de base de passements, de réchappe, d’amorti et de sécurité et qui ont la maturité nécessaire pour respecter le protocole de sécurité.
  • Les initiations ou les stages découverte avec des publics novices sont déconseillés pour le moment. Ils nécessitent un contact proche et régulier de l’encadrant et des pratiquants difficilement compatible avec les mesures de distanciation sociales (parades, réchappes, entraide).
  • En amont de la reprise, il est recommandé d'échanger avec l'ensemble des encadrants bénévoles ou salariés afin de décider des modalités de reprise les plus pertinentes. Vous pouvez décider de fonctionner en activité réduite ou de suspendre les entrainements jusqu'à la reprise en septembre si vous constatez que les conditions  optimales ne sont pas réunies.
  • Il est conseillé de diffuser un questionnaire à vos membres visant à mesurer l’impact de la période de confinement par chaque pratiquant : exposition ou non au virus, hospitalisation récente, poursuite ou arrêt de la pratique sportive pendant le confinement, humeur et forme physique générale. Tout en respectant le secret médical, l’idée est ici que l’encadrant puisse avoir un état des lieux du public qu’il accueillera pour adapter les sessions.
  • Les personnes infectées au Covid19 et les cas contacts dans leur entourage doivent rester confinés et par conséquent ne peuvent pas participer aux entraînements collectifs tant qu’ils n’ont pas été déclarés non-contagieux.
  • Informez vos membres que vous pouvez refuser d’accepter en cours un participant ne respectant pas les consignes sanitaires ou pouvant représenter un risque pour les autres participants. Etre asymptomatique ne signifie pas être non-contagieux.
  • Il vous appartient d’expliquer et de faire respecter les mesures de sécurité et de distanciation préconisées par le gouvernement.
  • Aménagez les groupes pour qu’ils ne dépassent pas 10 personnes (encadrant.e.s compris.e.s) en répartissant vos groupes ou en utilisant des listes de préinscrits.
  • Equipez-vous en masque, gel hydroalcoolique et matériel de désinfection.
  • Si le spot ne permet pas de respecter une distance sociale de plus de 2m entre participants, changez de spot. Ou imposez le port du masque.
  • Repensez le contenu de vos entraînements dirigés pour qu’ils respectent les consignes sanitaires. Evites les exercices de coopération ou nécessitant des parades. Privilégiez les exercices en solo sur des mouvements maîtrisés. Si vous créez des situations ou les pratiquants ont besoin de tourner à plusieurs sur un même atelier, il faut le désinfecter entre chaque passage.
  • Il est recommandé pour l’encadrant de porter un masque lors des briefings et lors des parades et à toutes les occasions ou la distanciation physique ne peut être respectée.
  • L’encadrant doit s’assurer de désinfecter le spot avec un spray antibactérien avant et après le passage du groupe d'entraînement, en particulier les éléments touchés par les passants (rampes d’escalier, barrières, bancs, etc).

 

Guides de reprise

La FPK met à disposition de ses membres des guides pour bien organiser la reprise des activités. Si votre association ne les a pas reçus, contactez-nous.

 

Différence zone rouge / zone verte

A ce jour, la seule différence pour la pratique sportive en zone rouge et zone verte est la suivante : les parcs et jardins ne sont pas accessibles pour les départements en zone rouge. Nous recommandons toutefois de redoubler de prudence dans les zones rouges.

Consulter le tableau des différences zones rouges/vertes sur le site du gouvernement

 

Vérifiez les spécificités locales !

Nous recommandons à toutes les associations et pratiquants indépendants de se rapprocher de leur mairie ou service des sports avant de redémarrer les trainings : il peut y avoir des restrictions locales à connaître. Avec ou sans confinement, c’est par le dialogue et le respect mutuel que notre discipline s’est construite et qu’elle continuera à évoluer.

 

Restez vigilants !

Le déconfinement ne signifie pas que le risque de contamination a diminué. Il signifie juste qu’il y a plus de place à l’hôpital pour les cas graves. Le confinement a permis de canaliser l'évolution du virus. Il convient à présent d'être très prudent car une deuxième vague peut très vite remettre cela en cause. Continuez à respecter les gestes barrières pour vous mêmes et pour vos proches et restez informés.

Train safe and take care !


Plus d'info

> Plus d’informations sur le déconfinement sur le site du gouvernement


Copyright :

L'affiche "Traceurs responsable" a été réalisée par Gaëtan A. de PK Stras - Merci à lui ! Elle est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Licence Creative Commons

Mise à jour le Jeudi, 28 Mai 2020 14:22
 
Parkour et Coronavirus : suivi
Écrit par Sacha Lemaire   
Lundi, 16 Mars 2020 18:44

Parkour et Coronavirus

 

PARKOUR ET CORONAVIRUS : le point au 16 mars 18h00

 

Ce message s’adresse à tous les traceurs, freerunners, yamaks de France, que vous soyez en asso ou indépendants.

Avec la propagation du virus Covid19, le pays est dans une situation inédite et réagir de manière mesurée est difficile pour tout le monde. La FPK s’est toujours donné comme mission de prendre des décisions en transparence avec le réseau associatif. Déployer des précautions, c’est comme souscrire à une assurance. Cela paraît inutile... jusqu’au jour où un accident arrive.

 

En accord avec notre partenaire FSASPTT et suite aux recommandations du Ministère des Sports, la position de la FPK est la suivante : Nous invitons toutes les associations à suspendre les sessions d’entraînement jusqu’à nouvel ordre afin de ralentir la propagation du virus en agissant en cohérence avec les préconisations gouvernementales.

On vous explique pourquoi :


1 : C’est vraiment si grave ?

OUI. On est en stade 3 pandémie. Le virus circule librement dans toute la France depuis plusieurs semaines en passant sous les radars. Une personne peut être asymptomatique et contaminer son entourage discrètement pendant 3 semaines. Il y a peut être déjà autour de vous quelqu’un qui est touché mais qui ne le sait pas. Les cas graves chez les moins de 40 ans se multiplient. Les chiffres dont parle la presse se limitent aux cas confirmés. On estime qu’il y a facilement 5 à 10 fois plus de cas encore non-détectés (voir plus bas). Tous nos amis soignants nous disent qu’il faut absolument ralentir la contamination.


2 : Il faut vraiment arrêter tous les trainings et rester chez soi ?

OUI. La manière la plus sûre de ralentir la propagation du virus est qu’un max de gens restent chez eux. Si vous pouvez le faire, faites-le. Sortez le moins possible. Eloignez-vous le moins possible de chez vous. Touchez le moins de gens possible. Arrêtez de checker les gens en leur serrant la main maintenant. Ces mesures peuvent sembler excessives, surtout si autour de vous tout semble normal. Mais elles sont justifiées. C’est une décision difficile pour l’économie de mettre un pays entier en veille. Le gouvernement a mis en place ces restrictions “de guerre” après que les médecins du monde entier aient tiré l’alarme. Mais ça ne peut fonctionner que si tout le monde joue le jeu, y compris nous autres gaulois récalcitrants.


3 : Toutes les associations ont-elles arrêté les sessions ?

OUI. A notre connaissance, tous les cours officiels de parkour, freerun et art du déplacement en extérieur ont été interrompus et les salles ont fermées par décret du gouvernement. Les rares assos qui ont maintenu une activité réduite vont l’arrêter aussi.


4 : Est-ce qu’on peut garder quand même les sessions “entre potes” ?

Ca dépend : l’idée et de se déplacer le moins possible et d’être le moins possible en contact physique avec des gens. Si vous pouvez faire du sport à la maison, faites-le. Si vous voulez animer une session burpees sur votre balcon avec les voisins sur le balcon d’en face, allez-y. Si vous voulez faire des pompes en bas de votre immeuble avec un voisin, why not. En revanche, si ça signifie prendre le tram, se rendre à l’autre bout de la ville et croiser des potes qui eux-même auront croisé des tas de passants, vaut mieux éviter.

Si le gouvernement décrète le confinement total, ce ne sera plus déconseillé mais interdit.


5 : Comment continuer à bouger ?

Vous pouvez faites du sport chez vous, chanter au balcon ou courir autour de la maison. Mais évitez de vous éloigner si ce n’est pas nécessaire. De nombreuses associations commencent à diffuser des idées de training en vidéo, inspirez-vous en. Ou diffusez les vôtres !.


6 : Bougez … avec modération

A tous ceux qui n’arrivent pas à tenir en place : allez-y mollo. Privilégiez les exercices doux, le renfo, le cardio léger, la souplesse. Rester dans votre zone de confort : Ce n’est pas le moment de se blesser bêtement en voulant casser un gros saut. Les hôpitaux sont en surcharge. La personne qui vous soignera (à condition qu'elle soit dispo...) ne pourra pas s’occuper de ceux qui en ont vraiment besoin.

7 : Peut-on se rendre utile d’une manière ou d’une autre ?

Ces prochains jours, ce sera l’occasion d’appliquer les valeurs du parkour et notamment la solidarité et entraide. Là encore, la première règle est : sortez le moins possible et aidez votre voisinage direct. Vous pouvez gardez les enfants du voisin pendant qu’ils sont au travail. Mais accueillir tous les enfants du quartier pour une session parkour dans le parc, vaut mieux éviter, même si ça a l’air sympa.

Vous pouvez demander à votre mairie ou maison des associations locale s’ils ont besoin de volontaires.

Vous pouvez aussi vous rapprocher d’associations d’entraide entre voisins, p.ex. https://voisinssolidaires.fr/.


8 : Qui contacter en cas de questions ?

Si vous pensez être contaminé, appelez le 0800 13 00 00 ou le médecin de famille. Evitez le 15 (SAMU), ils sont saturés. Nos partenaires FSASPTT ont mis en place une cellule de veille composée entre autre d’un Médecin Fédéral et de Magali Andrier, leur directrice nationale en lien direct avec le Ministère des sports. Le CD FPK passe par eux pour les questions auxquelles on n’a pas de réponse : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. . Les associations de la FPK peuvent aussi communiquer via le groupe facebook FPK responsables associatifs.


9 : Documents utiles.

Le dossier partagé ci-dessous contient des affiches de sensibilisation et une note de synthèse de l’ASPTT sur :

• Les risques actuels de l'épidémie et vos obligations pour protéger la santé de vos membres ;

• Les mesures en cas de risque de contamination ou de salarié effectivement contaminé ainsi que leur indemnisation

• Des infos sur l’allocation d'activité partielle en cas de chômage partiel.

https://drive.google.com/drive/folders/1UM7enJCd63E5v5tWZPMXH0O72i5xIt42

 

10 : Des ressource pour mieux comprendre l’épidémie

La première ressource est le site du gouvernement : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Un diagramme qui explique comment “aplatir la courbe” des contaminations : #FlattenTheCurve
On vous recommande aussi la lecture de l’article Coronavirus - Agissez aujourd’hui qui analyse de manière très approfondie le phénomène d'expansion du virus.

 

11 : Combien de temps ça va durer ?

On n’a pas la réponse à cette question. L’école est suspendue au moins jusqu’en avril. Prenez votre mal en patience. Nos grands parents ont fait la guerre. On vous demande juste de rester sur votre canapé et bosser à distance quelques semaines. Appliquez bien les consignes de confinement et d’hygiène et tout se passera bien.

 

Et surtout : informez-vous, restez cool, aidez votre prochain et adaptez-vous à ce nouveau challenge.

 

Le Comité Directeur de la Fédération de Parkour

en coordination avec la commission FPK / FSASPTT

-----
Voici 3 affiches à télécharger (PDF) pour votre local associatif.

Source : www.gouvernement.fr/info-coronavirus et Yong Loo Lin School of Medecine


Mise à jour le Lundi, 16 Mars 2020 19:06
 
Red Bull AOM à Matera : Choc des cultures, responsabilité des organisateurs et des traceurs
Écrit par Fédération de Parkour   
Mardi, 17 Décembre 2019 14:58

Le 5 octobre 2019 a eu lieu le Red Bull Art of Motion 2019 en Italie, dans le charmant village historique de Matéra. Au programme de cet évènement organisé par une marque de boisson énergisante très connue : du Parkour, du Freerun ... et un incident qui fâche : le site de Matera, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, est dégradé par les centaines de spectateurs et les entrainements de certains pratiquants en visite pour l'évènement. La Fondation Sassi, qui protège le patrimoine local, proteste et met en cause l'organisateur et la ville. La communauté de traceurs locaux MUVT ASD de Matera, qui jusque là avait de très bon rapports avec la ville, est prise à partie.

La situation est ironique car 4 mois plus tôt avait lieu un autre évènement ADD/Parkour dans le cadre de Open Playful Spaces, durant lequel MUVT ASD ont convié ADD Umbria pour un workshop ADD (vidéo) dans le même quartier. La ville de Matera avait d'ailleurs félicité l'excellent déroulement et le respect du patrimoine local. A présent, MUVT ASD voit ses bons rapports avec la ville remis en cause et exprime son indignation envers les organisateurs dans une lettre ouverte. Le 10 Octobre, Simone Bicorgna, président ADD Umbria, interpelle également dans un post Facebook qui fait le buzz dans la communauté. Il y dénonce les accidents avant et après l’évènement, les protections et matelas camouflés, les canettes de boisson bues ostentatoirement face caméra, ainsi que l’agression d’un journaliste local, la protestation des locaux et l’absence de service pour canaliser les trainings en marge de l’évènement. Il s’interroge enfin si, au delà des retombées commerciales évidentes pour la marque, quel impact cela aura-t-il sur la communauté de pratiquants et les habitants de Matera et qui paiera les tuiles cassées ?


L'analyse par Aurélien B, coach Parkour et consultant à la FPK :

Tout pratiquant de parkour/freerunning/add s'est retrouvé, au moins une fois, face à l’incompréhension du public le voyant bouger sur des espaces non prévus pour. Pas un seul traceur n’a pas vécu au moins une fois ce sentiment d’injustice d’être accusé pour rien, et de ne rien faire de mal. On bouge juste, on s’amuse, on ne dégrade pas, on ne dérange pas. Mais est-ce vrai ? Ne dérange-on pas ? Ne dégradons nous pas ? Pas sûr...

L’actualité nous le rappelle avec les derniers Red Bull Art of Motion en Italie, sur le site de Matéra : En marge de la compétition organisée par une célèbre marque de boisson énergisante, plusieurs éléments ont amené la fondation Sassi, en charge de la valorisation et la protection du patrimoine de Matera à se plaindre des « carences de l’organisation », de « l’absence d’un service de sécurité adéquat » et du laisser faire des autorités en voyant la ville envahie pendant plusieurs jours par des pratiquants du monde entier. Des quotidiens italiens ont fait remonter des dégradations aux bâtiments et des nuisances aux habitants (La Gazzetta Del Mezzogiorno, La Republicca, Sassilive, Il Fatto Quotidiano). Un attaché de presse s'est même fait bousculer par de jeunes traceurs en visite après leur avoir demandé de descendre d'un toit sensible.

L’évènement n’a donc pas fait consensus : s’il a fait le bonheur des traceurs/freerunners étrangers en visite, il semble laisser une bien mauvaise presse aux associations locales (ADD Umbria notamment qui a œuvré à Matera dernièrement).

Alors, responsabilité individuelle ou collective des pratiquants ?

On peut déplorer la pertinence du choix du lieu de la part de Redbull. Pour autant, il ne faut pas dédouaner les pratiquants qui s’y sont rendus en tant que participants ou spectateurs et qui ont une part de cette responsabilité.

Un évènement comme celui-ci met le projecteur sur un nouveau "parkour paradise", que ce soi par l'organisateur de l'évènement ou par les vidéos youtube des traceurs réputés qui donnent envie d'aller bouger sur un nouveau spot mythique. S'il n'était jusque ici fréquenté que par les associations locales qui s'y entrainent de manière respectueuse et en bonne entente avec l'habitant, il entrainera une certaine forme de tourisme du parkour. Et l'endroit devient alors un lieu qu’il faut absolument visiter pour aller s’éclater, à l’image de Santorini, mis en valeur par les Red Bull AOM. Le lieu verra d'abord quelques grandes teams et autres célébrités youtube et petit à petit des centaines de pratiquants qui l'auront ajouté à leur destinations de vacances. Des centaines de personnes, des milliers de sauts, des "classiques" répétés, autant d'utilisation d'une architecture pas forcément prévue pour.

« Moi, je fais attention »

Oui, moi aussi. Il n’empêche qu’en plusieurs années de pratiques attentive, il m’est quand même arrivé de desceller des briques, de laisser des traces malgré mes précautions, de casser des éléments déjà fragilisés et de déranger des riverains (bruit, vibrations). Faire attention ne veut pas dire qu'on ne laisse pas de trace. Et malheureusement, il y a ceux qui font moins attention. Dans l’émulation de l’évènement, à distance de « chez soi », ça n’a pas l’air si grave. On peut faire une entorse à ses valeurs. Et on oublie les retombées possibles .... A Matéra, le site est classé mais aussi dégradé. Le calcaire utilisé, du tuf, est une pierre friable sensible aux éléments, moins résistante que le granit, ou le béton. Ces pierres ont durement résisté au temps. Et les traceurs locaux, conscient de la fragilité du lieu, y pratiquent avec parcimonie et en redoublant de protection. Mais si le parkour « de masse » s’ajoute à l’usure du temps, c'est une autre histoire.

Ce n’est pas évident, mais il faut savoir mettre son envie ou son ego de coté par moment. Les "spots" ne sont pas ce qui manquent dans le monde. Il y a de nombreux lieux à explorer, certains moins sensibles que d’autres. Le sentiment d’injustice et d’incompréhension face à l'interdiction de pratiquer dans un lieu mythique est compréhensible. Mais il ne devrait jamais justifier une pratique non-respectueuse des lieux.

« Le droit des autres est une concession faite par notre sentiment de puissance au sentiment de puissance de ces autres » Nietzsche


Les recommandations de la FPK :

  • Aux pratiquants : Vous êtes ambassadeur de la pratique, où que vous soyez.

Renseignez-vous sur les lieux avant de pratiquer loin de chez vous. Tracez en harmonie avec l'environnement et avec respect pour les gens qui habitent sur place. Contactez toujours les pratiquants locaux : ils connaissent les lieux et savent ce qui est toléré. Réfléchissez à vos actions et à leur conséquences sur le patrimoine d'un coté et les arts du mouvement de l'autre. Et acceptez de ne pas pratiquer là ou on vous le déconseille. N'oubliez pas qu'après votre départ, votre réputation reste et déteint sur les traceurs locaux. Autant que ce soit en bien.

  • Aux organisateurs d'évènement : Réfléchissez à l'impact avant/pendant/après votre évènement

Faire un petit training avec une dizaine d'amis n'a pas le même impact sur un lieu qu'attirer des milliers de spectateurs et des pratiquants aux capacités hors-norme pour un évènement compétitif. Les effets de bords sont nombreux et perdurent une fois le matériel rangé, les tribunes démontées, et la vidéo en post-prod. Si la règle "leave no trace" est chère à la FPK, c'est aussi afin s'assurer que l'évènement sera accueilli favorablement l'année suivante. La FPK recommande de toujours contacter les associations de Parkour ou d'Art du Déplacement locales afin d'établir un dialogue et de voir comment canaliser les possibles débordements. Vous endossez une responsabilité envers le patrimoine local, envers l'image de la pratique au sens large, envers les associations existantes et les habitants.

  • Aux sélectionneurs d'athlètes : quelle image souhaitez-vous mettre en avant ?

Il est d'usage que le "potentiel de buzz" (comprenez le nombre de like sur youtube ou instagram) soit un élément pris en compte lors du recrutement d'un athlète. Il vous appartient toutefois de sélectionner avec discernement. S'il est bon de mettre en avant des performances athlétiques, cela doit toujours se faire dans un cadre respectueux envers le patrimoine et les usagers du lieux et en évitant de glorifier la prise de risque inconsidérée, surtout envers un public non-averti. Si dans le palmares vidéo de vos athlètes, vous les voyez p.ex. sauter sur des toits de voitures, vous cautionnez ce message et y associerez votre marque. Faites la part des choses.

 

Ressources :

Les articles dans la presse locale faisant remonter les dégradations (Google traduction est ton ami) :

L’usure du site de Matera :

Mise à jour le Mercredi, 18 Décembre 2019 12:24
 
« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »

Page 1 sur 23

 

icone-facebook

News

Ecrit le 10 Septembre 2020, 15.24
protocole-sanitaire-parkour Voici le protocole pour la reprise des sessions Parkour dans les associations. Il décrit les recommandations de la Fédération de Parkour vu le contexte...
Ecrit le 09 Septembre 2020, 08.40
situation-politique-du-parkourChères traceuses, chers traceurs de France et d’ailleurs, En cette période de rentrée particulière, le comité de la Fédération de Parkour (FPK) souhaite...
Ecrit le 10 Mai 2020, 10.19
deconfinement-et-reprise-du-parkour Dernière mise à jour le 14 mai. Le comité FPK remercie toutes les associations de Parkour, de Freerun et d’Art du Déplacement qui ont tout mis en œuvre...
Ecrit le 16 Mars 2020, 18.44
parkour-et-coronavirus-le-point-au-16-mars   PARKOUR ET CORONAVIRUS : le point au 16 mars 18h00   Ce message s’adresse à tous les traceurs, freerunners, yamaks de France, que vous soyez en...
Ecrit le 17 Décembre 2019, 14.58
2019-12-17-13-59-31 Le 5 octobre 2019 a eu lieu le Red Bull Art of Motion 2019 en Italie, dans le charmant village historique de Matéra. Au programme de cet évènement...

Newsletter



FPK - Fédération de Parkour | Plan de site